dimanche 25 juin 2017

Le saule pleureur ou saule blanc: un sacré philanthrope

Saviez-vous que le saule n’est pas qu’un pleureur, pas qu’un pilier de cimetière, un « ombrageur » d’amours champêtres, de cours ou de plan d’eau.

Il pousse la compassion à l’égard des hommes, jusqu’à donner de lui-même pour que nous allions mieux.
L'écorce de saule est connue au moins depuis l'Antiquité pour ses vertus curatives : lisez Séléné de Barbara Wood !
On a retrouvé la mention de décoctions de feuilles de saule dans un papyrus égyptien dès1550 av. J.-C. (papyrus Ebers).

 Le médecin grec Hippocrate (460 – 377 av. J.-C.) conseillait déjà une préparation à partir de l'écorce du saule blanc pour soulager les douleurs et les fièvres.
L’acide acétylsalicylique est la substance active de nombreux médicaments aux propriétés antalgiques, antipyrétiques et anti-inflammatoires. Il est aussi utilisé comme antiagrégant plaquettaire. Il s'agit d'un anti-inflammatoire non stéroïdien.
C'est un acide faible, dont la base conjuguée est l'anion acétylsalicylate. : un des médicaments les plus consommés au monde, plus connu sous le nom commercial d'aspirine.