dimanche 29 mars 2020

Jardins intérieurs




 Jardins intérieurs

Ils sont en nous les jardins, au fin bout derniers de nos soupirs, ils s’épanouissent en nos veines en glorieux flux imaginaires. Il convient de les trouver, tapis de couleurs aux lumières de nos âmes. Il n’est qu’à les trouver aux silencieux espaces de nos fonds

Tableau d'André Van Beek

Indistinct brouillard :
Jaillissement de lumière,
Explosion d’couleur …

En ces jardins, vit un couple tranquille, maître et compagne, maîtresse et jardinier, qui te conduisent à tes noces réconcilient ton cœur à tes larmes, émotions et alarmes et t’offrent la paix qui finalement t'éblouit de ses charmes…  

Paix d’un coin d’eau claire,
Cœur d’un océan de fleurs
Un chemin y court.

Leur vie est toute de contraste et la tienne de soucis, les deux s’harmonisent : de nouveaux liens se tissent et le temps se lasse de courir. La vie est profusion et lenteur, au jardin des délices, au grand jardin des larmes, au grand jardin des fleurs.

Pompon de fleurs nues
Arbustes en pomélos,
Tiges noires et torses.

Les paradis intérieurs ont les allures qui nous font et nous défont, et les floraisons de couleurs diverses et pleines d’allures, goutte de l’eau de la vie qui t’accueille et t’embrasse. Goûte là dans ta main, fais-en le recueil. Créée ton calice, oublie ta science. Prends donc-là, ta confiance aussi bien que ta patience !

Il est des jardins
Comme des gens et des vies :
Ils vont et varient.

Retourne à la vie, homme d’inconscience perdue, les yeux ouverts, ouverts à ce nouveau jour. Il n’est pas de lumière que tu ne puisses trouver, en dehors de ces maîtres de douceur, de ces êtres paisibles, amants du renouveau. Il n’est point de miracle que tu ne puisses trouver en tes intérieurs jardins, car ….

Ils dorment en nous,
Au fin bout de nos désirs :
Où chante la vie


Aucun commentaire:

Publier un commentaire